Révision 2008

Révision 2008

Révision 2008 des tables du CCRMSB

par Gilles Cadotte, 26 février 2008

C’est avec plaisir que j’ai réalisé le mandat de la révision des tables de performance pour les médailles de progression du CCRMSB. M. François Lecot m’a appuyé et donné généreusement de son temps et de judicieux conseils pour mener à bien cette tâche et je l’en remercie grandement. Cette tâche peut sembler simple à première vue, mais elle s’est avérée de fait complexe et m’a obligé à prendre position sur plusieurs éléments sous-jacents. Je vous assure que la comparaison des performances pour un même groupe d’âge, la « dérive » de la performance avec l’âge et la différence homme-femme sont des débats universels et perpétuels!

Cette révision a été faite à l’aide des informations les plus récentes que nous avons pu obtenir. Les normes de temps de ces tables ont été établies avec un esprit voulant donner à chaque coureur la même chance d’obtenir les médailles de progression quels que soient son âge ou son sexe, et ce, pour notre contexte de niveau de performance.

Pour les femmes, les nouvelles normes constituent des changements significatifs et rendent les médailles plus accessibles. Pour les hommes, il s’agit de légers correctifs en plus ou en moins selon les distances et les âges. Le fait d’avoir plus de catégories d’âge facilitera également l’accès aux médailles de progression.

L’utilisation de l’échelle de Mercier a permis d’uniformiser davantage le niveau de performance selon la distance.

Étant donné la participation de plus en plus grande aux demi-marathons, nous avons établi une norme pour cette épreuve. Les coureurs auront donc l’option de faire la médaille du 20 km ou du 21,1 km. Ainsi un coureur pourrait faire sa médaille de bronze et sa médaille d’argent sur le 20 km et sa médaille d’or à un demi-marathon inclus dans les courses éligibles pour les médailles.

Afin de faciliter le suivi pour l’obtention des médailles, l’article 4 des règlements des médailles progression se lit dorénavant comme suit :

« Chaque coureur (euse) doit aviser le Club de l’épreuve qu’il veut faire pour réaliser sa médaille. Pour les courses externes éligibles aux médailles de progression, le coureur (euse) doit communiquer son résultat par courriel, par document écrit ou par téléphone au responsable des médailles de progression; ce dernier pourra ainsi l’homologuer. »

Nous espérons que cette révision nourrira votre motivation pour réaliser vos médailles de progression et ainsi améliorer ou aider à maintenir votre niveau de performance et votre plaisir de courir.

Gilles Cadotte, agr. Administrateur et Responsable des statistiques pour le CCRMSB 26 février 2008

Principes appliqués pour la révision des tables

Normes de temps pour les médailles d’or, d’argent et de bronze

La base de départ pour initier tous les raisonnements et ainsi permettre toutes les comparaisons subséquentes, fut le chrono du 10 km de l’ancienne table et corrigé pour 32 ans. Les chronos pour les 5, 10 et 21,1 km pour les hommes d’âge 34 ans et moins correspondent au pointage de 338 points sur la table de Mercier (2005). Les chronos du 15 et 20 km ont été obtenu par interpolation et en appliquant un facteur de dérive de vitesse pour ces distances. Les facteurs de réduction de vitesse pour l’argent et le bronze sont respectivement 0,9275 et 0,8550 par rapport à l’or. Ils correspondent en moyenne aux différences entre les médailles de la grille 2007. Pour les femmes de 34 et moins, le chrono a été ajusté à environ (selon la distance) 1,2 fois le chrono des hommes. Cette décision a été prise en fonction des informations que nous avions en ce moment et permet de respecter une logique (ou un bon sens) qui a été établi après l’examen et l’analyse de nombreuses sources.

Catégories d’âge

Les catégories d’âge changent maintenant pour des intervalles de 5 ans au lieu de 10 ans. Il y a donc 9 catégories d’âge, à savoir : 34 ans et moins, 35 à 39 ans, 40 à 44 ans, 45 à 49 ans, 50 à 54 ans, 55 à 59 ans, 60 à 64 ans, 65 à 69 ans, 70 à 74 ans.

Facteurs d’âge pour les chronos

Les facteurs d’âge des tables de la WMA 2002 (World Masters Association) ont été utilisés pour établir les chronos des différentes catégories d’âge. Pour les 34 ans et moins c’est le facteur de 32 ans qui est utilisé et pour la catégorie 70 à 74 ans, c’est le facteur de 72 ans qui est utilisé. Le facteur d’âge de chaque catégorie correspond au facteur moyen d’âge de la catégorie.

Correspondance au VO2 max

Pour la médaille d’or, le VO2 max devrait se situer au niveau « excellent » de l’échelle pour la catégorie d’âge. Pour la médaille d’argent, le VO2 max devrait se situer au niveau « très bien » de l’échelle pour la catégorie d’âge. Pour la médaille de bronze, le VO2 max devrait se situer au niveau « bien » de l’échelle pour la catégorie d’âge

Références

Point de vue

Robert Gemme, dans son bel article intitulé « Historique des médailles de progression », mentionne qu’à ce jour, un seul membre du CCRMSB a réussi à se mériter les douze médailles du club. À l’âge de 60 ans, Ghislaine Beaulieu a réalisé cet exploit en 2003 lors de la course du 20 km à Ste-Anne-de-Bellevue. Deux mois auparavant, lors de la course du tour du Lac Brome, elle avait bien tenté d’avoir sa douzième médaille alors qu’elle faisait partie du groupe d’âge 50-59 ans, mais l’avait raté de très peu. C’est donc dans la catégorie d’âge suivante qu’elle a réussi à se mériter sa douzième médaille de progression en 20 ans.

Je crois que ce système de médailles peut vraiment nous aider à pratiquer la course à pied en nous gardant dans une condition physique optimale et en nous incitant à s’améliorer. Évidemment, cette condition optimale est propre à chaque personne. Par ailleurs, pour les coureurs qui participent à un nombre limité de compétitions, les médailles de progression font en sorte que leur progrès soit reconnu.

Même pour un coureur qui a du talent, l’obtention des douze médailles de progression demeure tout un défi. Ces douze médailles exigent de conserver une très bonne forme physique. Les médailles d’or représentent une norme de performance requérant de la plupart des coureurs un entraînement sérieux d’au moins 4 jours/semaine sur une période de plusieurs mois. Si l’on veut les 4 médailles d’or, il faut donc maintenir cette forme sur douze ans! Avec la vie familiale et la vie professionnelle, ça peut être difficilement conciliable.

De plus, il faut aimer assez le Club pour y rester membre actif pendant 12 ans; et pour aimer ce club, il faut offrir un minimum de participation. Personnellement, j’aime bien le CCRMSB puisqu’il est rempli de gens généreux et enthousiastes. C’est un club avec une belle richesse humaine. On peut y courir dans un bon esprit, en ayant du plaisir et des relations sociales enrichissantes. C’est un lieu de rencontre où l’on peut se motiver.

Un autre défi pour nous amener à réaliser les douze médailles de progression, est d’avoir la sagesse de s’entraîner et de pratiquer la course à pied de façon saine; ceci veut dire éviter les blessures (parce qu’elles peuvent être évitées dans bien des cas!) et viser un bien-être entier. Ainsi, on peut courir facilement en bonne forme sur douze ans ou toute sa vie durant si Dieu le veut.

Ça fait maintenant 7 ans (lucky seven) que je fais partie du CCRMSB et j’ai réussi à ce jour 7 médailles de progression. Les trois médailles du 20 km ont été réalisées en premier. C’est la distance que je préfère courir et sur laquelle j’offre mes meilleures performances. Par la suite, j’ai entrepris les trois médailles du 5 km parce qu’à chaque année (après 50 ans), on perd un peu de vitesse. J’ai quand même réussi l’an passé, à 55 ans, mon 5 km à la Classique du Parc Lafontaine en-dessous du 20 minutes. Je suis donc très fier de ma médaille d’or de progression pour cette distance.

Présentement, j’en suis à réaliser la série des médailles pour le 15 Km; en 2008, je tenterai de faire l’argent et, en 2009, l’or. J’avoue avoir un certain degré d’incertitude pour cette dernière. À défaut, je pourrai toujours faire le bronze pour le 10 km, même si ce n’est pas très bon pour mon orgueil. Dans ces moments là, je dois relire mon petit mot Métaphysique d’un coureur.

Les médailles de progression peuvent être un bel outil de motivation pour plusieurs d’entre nous. Mais rappelons-nous que ce qui est en nous est plus important que ce que l’on arbore autour du cou.

Je vous salue, coureurs du CCRMSB. Gilles Cadotte